Samedi 9 juillet 2011 à 18:33

http://www.adobuzz.com/files/uploaded/0002.jpg


Andréas… Je ne pensais pas écrire ce nom encore une fois, mais tu vois, bien que tu sois sorti de ma vie il y a un an, un an déjà, je ne t’oublie pas. Il suffit que j’évoque ton souvenir pour que quelque chose se rallume en moi, comme une braise tapie dans ma poitrine. Alors j’essaye de ne pas y penser, puisqu’il n’y a plus rien à faire, puisque tu m’as fait comprendre que je ne comptais pas, puisque si j’ai eu un jour l’illusion de te plaire cet espoir s’est enfui il y a bientôt deux ans.
Et pourtant n’es-tu pas mon double, pourquoi ne résonnes-tu pas comme moi des échos d’un désir enfui ? pourquoi ai-je eu l’impression qu’il y avait quelque chose de fort entre nous, qui justifiant cette complicité en courants d’air, des portes qui étaient entrouvertes avant d’être claquées par le vent, cette familiarité par ellipses, de regards insistants jamais relayés par les mots, une relation d’autant plus intense qu’elle ne s’est épanouie que dans mes rêveries, comme une rose trop fragile pour éclore à l’air libre.

J’envie les papillons qui ne vivent qu’un jour : leur existence est brève mais ils ont le parfum de la félicité sur les lèvres lorsqu’ils s’éteignent.

Je te l’ai dit, je ne pense plus à toi parce que ce n’est pas la peine. Mais je t’ai dans la peau alors parfois mes pensées me portent à ton souvenir, j’effleure des souvenirs encore chargés d’électricité malgré le temps qui a passé. On ne guérit pas d’un amour, on s’en distrait. J’imaginais, une fois encore, qu’enfin j’étais confrontée à toi, qu’enfin je dispersais le voile et les draperies qui nous séparaient, car à défaut de t’avoir j’aimerai comprendre pourquoi nous n’avons jamais franchi le seuil.

Je nous imagine dans une fête, une fête des anciens élèves bien sûr puisque nous n’aurions pas d’autres raisons de nous revoir. De toute façon, je suis trop pudique, trop craintive, pour te demander des comptes par écrit, et tu laisses mes invitations sans réponse. Seule l’euphorie de la fête pourrait me convaincre de me dévoiler, de toute façon tu n’es sérieux que dans la fête. J’aurai réussi à t’entraîner à part et je t’aurai posé la question qui me ronge depuis deux ans « pourquoi n’y a-t-il rien eu entre nous ? » et une fête en amenant une autre, un souvenir a fusé dans ma mémoire, celui d’une fête d’il y a deux ans. Je l’avais perdu et pourtant il était bien là, le meilleur souvenir que j’ai de toi. Tu as peut-être oublié cette soirée, peut-être même le lendemain mais moi je me souviens. J’avais sauté à pieds joints de la falaise, j’avais affronté le vide pour tenter ma chance, je t’avais demandé de m’embrasser. Et là, tu m’avais regardé d’un air doux-amer et tu m’avais serrée dans tes bras quelques instants en chuchotant « je ne peux pas… » d’un ton plein de regret, je crois.
Lorsque ce souvenir m’est revenu, quelque chose de chaud et d’intense a éclaté dans ma poitrine, comme si j t’aimais encore, et là j’ai su que je t’aimerai toujours un peu.

Il a suffit d’un rien pour faire renaitre ton souvenir et c’est comme si ces trois dernières années s’étaient effacées, le sentiment que je ressens pour toi est toujours aussi vivace que le jour où je t’ai rencontré. Je me sens comme une héroïne de roman : écrasée par un sentiment trop intense pour être du domaine de la réalité, déchirée entre les contraintes de la raison et l’évidence, l’intensité de la passion. Mais l’héroïne a au moins le réconfort de savoir que tout finira bien : même si ses contradictions doivent se résoudre dans une tragédie, au moins elle a la certitude d’être aimée. Notre « histoire » est un roman : tu réapparais dans ma mémoire que déjà je ressasse les mêmes fantasmes d’un avenir proche ou lointain où nous serions réunis. Je voudrais ne plus penser à toi parce que c’est une machine qui tourne à vide.

Mais puisque tu m’as dit au revoir dans un souffle, en claquant la porte dans mon dos sans que je m’en aperçoive, puisque j’ai peur, plus que jamais, d’être ridicule à tes yeux, je n’oserai pas reprendre contact avec toi.

Alors je t’en prie, si tu lis ce message, rappelle-moi. Laisse juste quelques mots d’explication, dis-moi que toi et moi ça appartient à jamais plus, laisse-moi une place dans ta vie, même quelque chose de dérisoire, laisse-moi avoir de tes nouvelles sans avoir à te les demander car s’il y a une personne que je voudrais ne jamais perdre totalement de vue, quelqu’un avec qui je voudrais renouer, c’est bien toi.

http://e7.img.v4.skyrock.net/e7f/gossip-girls051092/pics/1260633166.jpg

Par Pokamodri-Lov-U le Samedi 9 juillet 2011 à 20:30
Je te comprends.
Bonne chance <3
Par http://www.calvin-studio.fr le Mercredi 6 juillet 2016 à 2:27
Je suis frustrée de tout pardonner.
Par asics pas cher le Vendredi 2 septembre 2016 à 5:58
Pourtant, ma vie est une vraie tempête émotionnelle en ce moment.
 

Envoyer un farfadet à Brocéliandre









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://melancholic.cowblog.fr/trackback/3121711

 

<< I'm Darkness | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | I'm Sin >>

Créer un podcast